logo small blanc

Journée paroissiale de rentrée : dimanche 11 septembre

En route pour une année missionnaire !

Pierre et Jean courant au Sepulcre au matin - Eugene Burnand Pierre et Jean courant au Sépulcre au matin de la Résurrection, 1898 - Eugène Burnand - Musée d'Orsay (© RMN-Grand Palais).

Après l’écriture d’un projet pastoral au printemps 2015 et la visite de notre évêque en octobre 2015, l’équipe d’animation pastorale a souhaité lancer notre paroisse dans une année missionnaire. Il ne s’agit pas de créer quelque chose de nouveau, mais d’approfondir ce qui est écrit dans notre projet pastoral : «Les paroissiens de Saint-Gabriel de Vaise ont le désir de vivre une véritable communion fraternelle fondée sur leur foi, qui soit un appui et une force pour aller à la rencontre du monde qui les entoure.» C’est exactement l’invitation de Mgr Barbarin, dans sa dernière lettre pastorale (disponible au fond des églises) : «D’abord une fraternité... centrée sur l’essentiel... résolument missionnaire. »

Dans cette année missionnaire, nous voulons aider chacun à vivre un double mouvement : l’enracinement dans la vie spirituelle et la Parole de Dieu, et le partage de notre foi à ceux qui nous entourent. Chaque mois, à partir d’octobre, un feuillet missionnaire sera distribué aux journées paroissiales pour nous accompagner dans cette démarche d’enracinement (personnellement, en famille...). Tous les paroissiens seront également conviés à une soirée de prière, d’adoration et de louange, temps gratuit d’intériorité, chaque mercredi qui suit la journée paroissiale (première soirée : mercredi 12 octobre 2016 à 20h à la Halte). Nous aurons également deux temps forts missionnaires : le festival artistique de la Nativité, du 8 au 11 décembre 2016, et une semaine missionnaire, du 4 au 11 juin 2017 (il y aura davantage d’informations sur ces diverses démarches dans la feuille paroissiale d’octobre).

«A l’image de l’ange Gabriel, messager de Dieu, chaque paroissien est appelé à annoncer au monde les trésors du Royaume de Dieu, le surcroît de vie, de liberté, de joie que donne le Christ. Que toutes les rencontres nées de cet appel nous renouvellent et nous transforment, et nourrissent notre action de grâce pour Celui qui est jaillissement de Vie. » (Projet pastoral 2015)

Père Thierry Jacoud

Marie, nouvelle Ève

Assomption de la bienheureuse Vierge Marie

couronnement vierge fra angelicoLe Couronnement de la Vierge - Fra Angelico - Galerie des Offices, Florence (© Photo Scala)

Sermon de saint Jean de Damas (extraits)

Jadis, le Seigneur Dieu frappa les premiers parents de la race mortelle qui s’étaient gorgés du vin de la désobéissance et s’étaient endormis d’un sommeil de mort. Il les exila et les chassa du paradis d’Éden.

Mais aujourd’hui, celle qui a produit le germe de l’obéissance à notre Dieu et Père, celle qui a redonné la vie à  la race humaine tout entière,  le Paradis ne la recevrait-t-il pas ?

Elle qui fut unie à Dieu de tout son être, comment la mort pourrait-elle l’engloutir, les Enfers se refermer sur elle ?

Si le Christ, qui est Vérité et Vie, a dit : « Où je suis, là aussi sera mon serviteur », comment sa mère, bien davantage, n’habiterait-elle pas avec lui ? La mort des saints est précieuse aux yeux du Seigneur ; plus précieuse encore la Pâque de sa mère !

Adam et Ève, les ancêtres de notre race, de leurs lèvres joyeuses s’écrièrent à pleine voix :
« Heureuse es-tu, ô notre fille, qui as aboli pour nous la peine de la transgression !
Tu as hérité de nous un corps périssable, tu as porté pour nous dans ton sein un vêtement d’incorruptibilité !
Tu as reçu de nous la vie, et tu nous as donné en retour la vie véritable…
Tu as restauré notre ancienne demeure ; nous avions fermé le paradis, toi, tu as ouvert à nouveau l’accès de l’arbre de vie.
Par notre faute, les biens s’étaient changés en peines ; grâce à toi, de ces peines sont sortis pour nous de plus grands biens. 
Comment goûterais-tu la mort, toi qui es sans souillure ? Pour toi, elle sera un pont qui conduit à la vie, un passage à l’immortalité. »

Marie sans doute dit alors :
« Dans tes mains, mon Fils, je remets mon esprit. Reçois mon âme qui t'est chère et que tu as préservée de toute faute.
C’est à toi et non à la terre que je remets aussi mon corps.
Emporte-moi auprès de toi, afin que là ou tu es, toi le fruit de mes entrailles, je sois aussi pour partager ta demeure.
Je me hâte de me retourner à toi qui descendis vers moi en abolissant toute distance. »

Après ces mots, elle entendit à son tour une voix :
« Viens ma mère bénie, entre dans ton repos. 
Lève-toi, ma bien-aimée, belle entre les femmes, car voilà, l’hiver est passé. 
Belle est ma bien-aimée, il n'y a pas de défaut en toi.
L'odeur de tes parfums surpasse tous les aromates. »

Le temps des vacances

« Venez à l’écart dans un endroit désert, et reposez-vous un peu. » (Mc, 6-31)

arcabas ange espiegleCette invitation que Jésus adresse aux Douze de retour de mission nous rejoint au début de l’été, synonyme de vacances pour la plupart d’entre nous. Quelle que soit notre condition, nous aspirons à changer de rythme, à faire une pause réparatrice, à laisser pour un temps nos engagements. Ainsi sommes-nous faits, et Jésus lui-même reconnaît la légitimité du repos. A ses disciples, il propose d’expérimenter un moment de retraite comme il s’en accorde régulièrement depuis le début de son ministère : se mettre à l’écart dans un endroit désert, loin de la foule et de ses exigences. Reposer son corps, son esprit, son âme en Dieu. Ecouter la voix du Père, laisser la Source couler en soi. Pour mieux retrouver les foules qui attendent et qu’il faudra nourrir. A chacun de trouver son endroit désert pendant l’été : à la montagne, face à l’océan, dans un monastère ou au cœur des villes. Oui, reposons-nous un peu, car la mission nous attend !

Ange espiègle, Arcabas, église Saint-Hugues
de Chartreuse (photo : Alain Gagne).

Plus d'articles...

PERMANENCE D'ACCUEIL

Du mardi au vendredi de 9h à 12h (hors vacances scolaires)
3, boulevard Antoine de Saint-Exupéry, 69009 Lyon
04 78 83 77 98

Social

 

Les églises