logo small blanc

prochaine Journée paroissiale : dimanche 9 OCTObre

A l'école de saint Benoît

saint benoit de nursie par fra angelico« Je cours dans la voie de tes volontés, car tu mets au large mon cœur. »

Le verset 32 du psaume 118 est cité par saint Benoît dans sa règle monastique, à la fin du prologue. Le fondateur de la vie monastique en Occident n’a pas l’habitude de s’étendre beaucoup sur ses propres sentiments lorsqu’il s’adresse à ses frères moines. Dans le prologue, il leur explique la raison d’une règle commune : « fonder une école où l’on serve le Seigneur ». Par son travail d’écriture, il souhaite conduire toute sa communauté « sans rien établir de rude ni de pesant », pour connaître « une douceur ineffable ». Il sait que ce chemin est exigeant et que ses frères auront besoin d’être encouragés : « Garde-toi bien, sous l’emprise d’une crainte subite, de quitter la voie du salut. » C’est précisément dans ce passage que l’on sent poindre sa vie spirituelle, sa joie de croyant, sa vie d’homme mûrie par la grâce du compagnonnage avec le Christ et avec ses frères. Son attitude de foi douce et paisible nous interpelle et nous encourage à notre tour, alors que s’ouvre notre démarche Paroisse en mission. Les questions brûlantes concernant les migrants nous invitent plus que jamais à nous enraciner dans le Christ pour qu’il mette « au large notre cœur ».

Père Thierry Jacoud

Accueillir les réfugiés de Calais

Des migrants refugies lors evacuation partie jungle Calais 29 février 2016 (AFP)

La position du Service national de la pastorale des migrants

Nous publions ici la lettre que le Service national de la pastorale des migrants a adressée aux délégués de la pastorale des migrants dans les diocèses à propos du plan Cazeneuve pour la répartition des exilés de Calais dans des centres d’accueil répartis sur le territoire.

Le Plan Cazeneuve : une proposition controversée, mais qui va dans la bonne direction
Depuis quelques jours, le projet d’accueil des réfugiés de Calais dans des centres (CAO) répartis à travers tout le territoire provoque de vives réactions politiques. Certains responsables politiques incitent les élus locaux et la population à s’opposer, par tous les moyens, à la création de ces centres d’accueil.

Face à ce type de réactions qui attisent la peur et incitent au rejet de l’autre, le Conseil permanent de la Conférence des évêques de France a appelé les chrétiens à apporter une réponse fidèle à la tradition chrétienne et à l’enseignement du pape François : « Nous devons nous interroger sur la manière dont nous traitons des migrants arrivés dans notre pays depuis plusieurs années. Est-il aujourd’hui tolérable que des milliers d’hommes, de femmes, et d’enfants vivent sur notre territoire dans des conditions trop souvent inhumaines ? »

Sans se prononcer sur les détails de ce plan, qui reste à évaluer dans les faits, le Service national de la pastorale des migrants rappelle deux points essentiels :

  • Les conditions de vie dans le bidonville de Calais sont indignes et dangereuses pour les personnes qui y habitent. Face au défi de Calais et des autres campements de la région Hauts-de-France, la doctrine sociale de l’Eglise nous demande de promouvoir et de soutenir des réponses qui valorisent la dignité des personnes.
  • L’accueil des demandeurs d’asile met en œuvre les valeurs humanistes de la France ; à cet égard, il devrait se faire dans le souci d’une solidarité entre toutes les régions de France. Depuis des années nos concitoyens de Calais portent une part trop lourde de cette responsabilité. Il est juste et souhaitable de mieux répartir la responsabilité de l’accueil.

En tant que chrétien, que faire ?
Les membres du réseau de la pastorale des migrants et leurs partenaires dans les diocèses sont les mieux placés pour faire progresser la «culture de la rencontre» régulièrement prônée par le pape François :

  • Interpellez directement vos élus.
  • Faites émerger une parole chrétienne dans vos paroisses et dans votre diocèse. En effet, les prêtres, et a fortiori les évêques, ont généralement une autorité morale auprès des élus. En se faisant entendre, ils peuvent aider à améliorer la vie des exilés sur notre territoire.
  • Continuez l’élan de l’accueil : s’il revient à l’Etat de pourvoir à l’hébergement des personnes venues de Calais, nos réseaux peuvent et doivent se positionner sur le terrain de l’hospitalité. Il est important d’accompagner les personnes dès leur arrivée en région afin qu’elles ne soient pas uniquement des "dossiers administratifs" mais se sentent accueillies par une communauté de laquelle ils peuvent espérer un jour devenir membre à part entière. Comme le soulignait le pape François dans son message pour la dernière Journée mondiale du migrant et du réfugié, la culture de la rencontre vit tout autant de notre capacité à donner à l’autre que de celle de recevoir de lui. 

 Et à Saint-Gabriel de Vaise ?

Une cellule Solidarité migrants s'est créée en juin 2016 sous l'égide de la Conférence Saint-Vincent de Paul du Rhône : elle accompagne déjà de jeunes demandeurs d'asile ou réfugiés africains hébergés sur notre paroisse.
Appel : nous venons de recevoir de la mairie de Vaise une demande d'accueil et d'hébergement pour une famille syrienne (deux filles de 6 et 8 ans) pour une période de trois mois. Nous cherchons un appartement ou deux chambres indépendantes (possibilité d'intermédiaton locative via l'association Alynea).
Contact : Benoît de La Fonchais - 06 27 34 22 06 - Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Paroisse en mission ?

Journée paroissiale du 11 septembre 2016Remise d'un cierge aux catéchistes et membres de la paroisse qui prépareront leurs frères et sœurs aux sacrements cette année (photo : Hugues Delecluse).

Une journée paroissiale de rentrée, ça se passe comme ça !

Journée paroissiale 11 septembre 2016 - Au début de la messe, les personnes de l'assemblée qui viennent pour la première fois sont invitées à se présenter. Journée paroissiale 11 septembre 2016 - Puis c'est au tour des parents qui ont demandé le baptême de leur enfant qui s'avancent : l'enfant est marqué du signe de la croix, ils reçoivent le livret de préparation au baptême. Journée paroissiale 11 septembre 2016 - Puis c'est au tour des parents qui ont demandé le baptême de leur enfant qui s'avancent : l'enfant est marqué du signe de la croix, ils reçoivent le livret de préparation au baptême. Journée paroissiale 11 septembre 2016 - Puis c'est au tour des parents qui ont demandé le baptême de leur enfant qui s'avancent : l'enfant est marqué du signe de la croix, ils reçoivent le livret de préparation au baptême. Journée paroissiale 11 septembre 2016 - Puis c'est au tour des parents qui ont demandé le baptême de leur enfant qui s'avancent : l'enfant est marqué du signe de la croix, ils reçoivent le livret de préparation au baptême. Journée paroissiale 11 septembre 2016 - Puis c'est au tour des parents qui ont demandé le baptême de leur enfant qui s'avancent : l'enfant est marqué du signe de la croix, ils reçoivent le livret de préparation au baptême. Journée paroissiale 11 septembre 2016 - A la fin de la célébration, les catéchistes et les personnes chargées de préparer leurs frère et sœurs aux sacrements reçoivent un cierge et s'engagent à proclamer l'Evangile ; l'assemblée prie pour eux ; ils sont envoyés en mission. Journée paroissiale 11 septembre 2016 - A la fin de la célébration, les catéchistes et les personnes chargées de préparer leurs frère et sœurs aux sacrements reçoivent un cierge et s'engagent à proclamer l'Evangile ; l'assemblée prie pour eux ; ils sont envoyés en mission. Journée paroissiale 11 septembre 2016 - A la fin de la célébration, les catéchistes et les personnes chargées de préparer leurs frère et sœurs aux sacrements reçoivent un cierge et s'engagent à proclamer l'Evangile ; l'assemblée prie pour eux ; ils sont envoyés en mission. Journée paroissiale 11 septembre 2016 - A la fin de la célébration, les catéchistes et les personnes chargées de préparer leurs frère et sœurs aux sacrements reçoivent un cierge et s'engagent à proclamer l'Evangile ; l'assemblée prie pour eux ; ils sont envoyés en mission. Journée paroissiale 11 septembre 2016 - A la fin de la célébration, les catéchistes et les personnes chargées de préparer leurs frère et sœurs aux sacrements reçoivent un cierge et s'engagent à proclamer l'Evangile ; l'assemblée prie pour eux ; ils sont envoyés en mission. Journée paroissiale 11 septembre 2016 - Après l'apéritif, on s'attable par petits groupes sur la terrasse et dans la grande salle de la Halte et on partage les plats que les uns et les autres ont apportés. Journée paroissiale 11 septembre 2016 - Après le café, l'équipe d'animation pastorale (EAP) se présente. Ses membres collaborent à l’exercice de la charge pastorale du curé. Journée paroissiale 11 septembre 2016 - La journée paroissiale s'achève avec un temps d'échange sur le sens de la mission en paroisse. Journée paroissiale 11 septembre 2016 - La journée paroissiale s'achève avec un temps d'échange sur le sens de la mission en paroisse. Journée paroissiale 11 septembre 2016 - La journée paroissiale s'achève avec un temps d'échange sur le sens de la mission en paroisse. Journée paroissiale 11 septembre 2016 - "A l'image de l'ange Gabriel, messager de Dieu et patron de notre paroisse, chaque fidèle est appelé à annoncer au monde les trésors du Royaume de Dieu, le surcroît de vie, de liberté, de joie, que donne le Christ." (extrait du projet pastoral)

Notre journée paroissiale de rentrée a donné le coup d'envoi de notre "année missionnaire". De quoi s’agit-il ? Non pas de créer quelque chose de nouveau, mais d'approfondir ce qui est écrit dans notre projet pastoral : « Les paroissiens de Saint-Gabriel de Vaise ont le désir de vivre une véritable communion fraternelle fondée sur leur foi, qui soit un appui et une force pour aller à la rencontre du monde qui les entoure. » Un souhait qui répond à l’invitation lancée par Mgr Barbarin, dans sa dernière lettre pastorale, à faire de L’Eglise, "une fraternité missionnaire, centrée sur l’essentiel".

Création des journées paroissiales, rénovation des bâtiments de l’Annonciation, lancement de la Halte, ouverture de foyers pour étudiants et jeunes professionnels, préparation de la visite pastorale de notre évêque, lancement de nouveaux projets solidaires, accueil de la communauté latino-américaine, célébration quotidienne de la prière des Heures… Que de réalisations en quelques années !

Aujourd'hui, nous souhaitons, dans une double mouvement, enraciner ces différentes réalités dans la vie spirituelle et la Parole de Dieu et en même temps partager la "joie de l'Evangile" à ceux qui nous entourent.

C'est pourquoi, chaque mois, à partir d’octobre, nous vous faisons deux propositions pour accompagner cette année missionnaire.

Une feuille de route. Distribuée à chaque journée paroissiale, elle déclinera le thème missionnaire du mois avec un texte tiré de la Parole de Dieu, des extraits de la lettre pastorale de notre évêque ou de l'exhortation apostolique La joie de l’Evangile du pape François, un témoignage et une question à creuser personnellement.

Une soirée de louange. Il s'agira d'un temps gratuit de ressourcement, avec chant, méditation de la Parole de Dieu, intercession, action de grâce, adoration… Cette soirée permettra aussi d’intérioriser le thème missionnaire du mois. Elle aura lieu à 20 h, à la Halte, le mercredi qui suit la journée paroissiale.

Rendez-vous le 9 octobre pour découvrir le premier thème missionnaire de notre année !

Plus d'articles...

PERMANENCE D'ACCUEIL

Du mardi au vendredi de 9h à 12h (hors vacances scolaires)
3, boulevard Antoine de Saint-Exupéry, 69009 Lyon
04 78 83 77 98

Social

 

Les églises